• Harfleur 2026

Discours du 4 mars - Christine Morel

Chers Harfleurais.es,


Comme je suis heureuse de m’adresser à vous avant ces élections du 15 mars. Le projet que nous vous proposons, nous l’avons construit autour de valeurs que nous partageons avec l’ensemble des membres de notre équipe. Oui, nous sommes une liste de gauche. Profondément de gauche car nous plaçons l’humain au coeur de nos politiques publiques. De gauche également car nous croyons que chaque solution ne vaut que parce qu’elle s’élabore en commun, avec comme lien la solidarité.


Ecosolidaire, le terme en a interpelé plus d’un.e. L’écosolidarité, c’est cette conception de l’écologie qui prend le parti de refuser une conception individuelle et culpabilisante ainsi qu’une vision sectorisée d’une problématique mais qui, au contraire, choisit de considérer l’ensemble des actions écologiques comme un tout où chacun prend part comme il peut. Mais c’est également l’affirmation que chaque projet solidaire public doit revêtir, par le travail des élus et des services, une dimension écologique forte, où le lien social est ce fil vert qui relie ensemble les générations.


Humaniste car, comme nous l’avons dit, nous plaçons l’humain au centre de tout projet, de toute action, et nous avons également à coeur le souhait de voir s’épanouir l’émancipation collective de l’ensemble des harfleurais.es. Nous soutenons qu’il n’est plus possible que des femmes et des hommes soient encore victimes de discriminations ou de harcèlement. Ces pratiques odieuses sont d’un autre temps. Mais nous osons affirmer également l’audace d’un humanisme qui se pare des valeurs progressistes de services publics innovants qui font la part belle à leur appropriation par les habitants, humanisme audacieux également car il vise à l’épanouissement des Harfleurais.es à travers un renouvellement permanent des projets municipaux. C’est peut-être l’une des choses qu’il faut retenir et affirmer : contrairement à ce que certains détracteurs s’emploient à faire croire, une même ligne politique depuis 1965 n’est ni archaïque ni rigide. Nous pouvons être fier.es de cette continuité politique qui grâce à un renouvellement perpétuel, permet de sentir les vibrations de la rue et les transformations sociales à l’oeuvre, de les anticiper et d’y répondre. Le renouvellement de notre liste en est un témoignage tangible. Notre proximité au quotidien également. A l’inverse certain.es changent de parti comme de chemises mais restent figé.es dans des critiques stériles, improductives et surtout infondées. Car le travail de proximité passe aussi par la connaissance des dossiers, la participation aux différentes instances municipales ou communautaires. Ce sont aussi ces formes d’investissements des élus qui permettent de pouvoir construire un programme et développer un argumentaire cohérent et précis. Certains pensent qu’ils peuvent s’en passer ; ils basent leur projet sur des trous de chaussées, des sacs éventrés ou sur la peur de l’autre. Nous bâtissons là où d’autres détruisent, nous réfléchissons là où d’autres médisent. La « politique politicienne» qui consiste à critiquer, les citoyen.nes n’en veulent plus et je le crois, les Harfleurais.es ne seront pas dupes!


Vous le verrez à travers l’ensemble de nos actions, des chantiers que nous comptons mener, ces valeurs ont un sens. Elles forment un projet de ville et de vies entremêlées qui doit nous emmener, ensemble, au-delà de 2026. Les trois grandes thématiques qui structurent notre projet en distribuent les axes : une ville qui protège et respire, une ville qui innove et va de l’avant, une ville qui s’engage et qui rassemble.

Qu’il s’agisse d’un verger municipal ouvert à tou.te.s, qui sera un lieu convivial de rencontres,

d’échanges de savoirs mais aussi qui sera dédié à la biodiversité avec la protection d’arbres fruitiers en voie de disparition, qu’il s’agisse de l’aménagement d’une école du vélo qui accompagnera la place que doivent prendre les modes actifs au coeur de la mobilité, qu’il s’agisse de nouvelles formes de consommation qui innovent dans leur façon de repenser les ressources locales au profit de tou.te.s, tous ces projets répondent à ces valeurs, à ces objectifs. Le soutien aux associations nous apparaît également fondamental car leur vitalité et leur nombre participe à renforcer le lien social entre ses habitants; certains toutefois pensent qu’elles « coûtent trop cher », qu’elles ne rapportent pas assez à la municipalité ; les prêts de la Forge par exemple à titre gracieux seraient trop dispendieux et nous devrions uniquement louer celle ci à des acteurs économiques rentables.

Je ne sais pas si vous êtes d’accord mais pour moi ce serait comme faire un hold-up d’un bien

appartenant aux Harfleurais.


Je reviendrai sur deux points fondamentaux dans ce programme. Le premier, c’est celui de

l’environnement. Nous vous présentons un programme cohérent, qui tient compte de l’environnement quotidien dans lequel nous vivons. Travailler avec les bailleurs, privés comme publics pour les inciter à rendre les logements moins énergivores, mieux isolés pour que tou.te.s en profitent et en tirent des économies. Inciter et aider à l’essaimage de jardins partagés partout dans la ville, gérés par les habitant.es et au bénéfice de tou.te.s. Développer les déplacements actifs comme la marche ou le vélo par exemple en sécurisant des parcours dédiés ou pas, en installant plus d’arceaux à vélo à proximité des commerces mais aussi des bâtiments municipaux, en développant une signalétique spécifique, qui informe sur ses différents usages. Enfin, créer des synergies autour des nouvelles façons de consommer qui allient les enjeux locaux, moins consommateurs de carbone, à la production raisonnée, bio, locale et éthique, qui repensent notre rapport à la terre, à l’environnement, à l’alimentation et à l’autre.


Le second c’est celui de la participation citoyenne. Celle-ci figure dans beaucoup de listes. Elle ne veut parfois rien dire. D’ailleurs, elle ne parle pas à toutes et tous de la même façon car chacun ne souhaite pas ou ne peut pas s’investir dans la vie de la cité de la même façon. Je lisais justement un article qui donnait l’exemple de la difficulté de faire participer aux conseils de quartiers qui ont été instaurés par la municipalité de Paris dans le 20eme arrondissement. En effet certains habitants n’osait pas présenter de projet car ils ne s’y sentaient pas à l’aise. Il a fallu adapter les règles pour aller au devant des habitants. Le résultat a été immédiat et la démarche a été poursuivie par leur participation à des chantiers participatifs. Ce qui manque ce ne sont pas les idées mais la confiance en soi, la capacité de s’exprimer en public, avec le risque de l’isolement, voie dans laquelle certains s’engagent, parfois d’une façon qui leur semble irréversible. C’est notre objectif de permettre à chacun de trouver un moyen de se rattacher à la vie de la cité, d’y prendre sa place, mais peut être plus encore, de s’y sentir à sa place. Cette démocratie du quotidien et de la proximité, elle s’illustrera par des commissions, des groupes de travail et de réflexion, des concertations, de rencontre de quartiers, mais aussi peut être d’autres moyens que nous inventerons ensemble.

Nous souhaitons vous inclure au coeur la vie municipale et vous donner l’envie de faire partager autour de vous, ce projet qui, nous l’espérons ne laissera aucun Harfleurais.es sur le bord de la route.


Liste soutenue par plus de 250 habitant.es et personnalités qui s’engagent auprès de nous pour porter les valeurs humanistes, écosolidaires, de gauche : https://www.harfleur2026.fr/




0 vue

A PROPOS >

Harfleur 2026, liste aux valeurs humanistes, éco-solidaires, de Gauche. Liste candidate aux élections municipales 2020.

Mentions légales et RGPD

  • Facebook
  • Instagram